Le recrutement dans les Départements

Updated: Mar 2

5 questions à Mathilde ICARD, DGS du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord et Présidente de l’Association des DRH de grandes collectivités


Comment peut-on expliquer les difficultés de recrutement que rencontrent plusieurs Départements et grosses collectivités ?

"En 2019, face aux tendances au fonctionnaire bashing," l’Association a lancé un sondage avec Harris Interactive qui montrait que les français ont globalement une bonne image des fonctionnaires et 60% estime que ce serait une bonne chose de travailler dans la fonction publique territoriale. Et pourtant, il y a effectivement des difficultés à recruter de bons candidats dans nos collectivités. Il y a à l’heure actuelle 17 041 offres d’emplois non pourvues.

La vraie difficulté réside dans la méconnaissance de nos métiers. Nous avons plus de 250 métiers et c’est inconnu. Nous avons un problème de communication. Nous ne savons pas nous vendre et mettre en avant nos atouts.


Quels sont les points forts et les points faible pour une collectivité qui cherche à recruter ?

Nous devons faire connaître nos métiers comme je le disais, mais aussi les atouts du secteur public. Le fait de travailler avec des valeurs, une éthique, un projet. Il s’agit incontestablement d’un des points forts à valoriser. Et puis le territoire : il peut représenter un aout pour attirer de bons candidats.

Dans les points faibles, il y a souvent la rémunération. Cela est particulièrement vrai dans les métiers en tension comme l’informatique, les auxiliaires de puériculture ou les médecins du travail qui sont mieux

rémunérés dans le privé avec des horaires et contraintes de travail moins fortes. Bien sûr, certaines collectivités ont des régimes indemnitaires plus favorables et peuvent s’en sortir mieux que d’autres.

Il y a aussi la faible mobilité entre les fonctions publiques. On ne connaît pas les métiers des autres fonctions publiques et on ne pense pas à passer de l’une à l’autre alors que dans un même bassin d’emploi les trois fonctions publiques sont toujours présentes. Le défi est plus psychologique, une sorte de blocage, que statutaire.


Comment valoriser son image auprès des candidats

Mieux présenter les offres tout d’abord. Nous avons trop tendance à rester dans notre vision, notre jargon. Il faut tester les annonces, les offres d’emploi auprès d’un public non averti avant de les diffuser.

Mieux vendre les métiers, l’intérêt de la fonction publique. Travailler pour l’intérêt commun, pour un projet public est tout de même plus attirant que chercher à simplement vendre un produit.

Valoriser son image en parlant des beaux projets, des valeurs portées par la collectivité, de l’utilité sociale.


5 trucs pour trouver le bon candidat ?

Nous en avons déjà évoqué plusieurs, mais je dirais :

  • Se mettre à la place du candidat. Se demander si on serait intéressé par une telle offre d’emploi

  • Mettre en lumière les valeurs de la collectivité

  • Expliquer comment on va travailler et avec qui

  • Valoriser les atouts géographiques du territoire : le bien vivre, les activités que l’on peut pratiquer…

  • Proposer un accompagnement du conjoint et de la famille pour les territoires notamment ruraux.


Quels sont les moyens pour trouver le bon candidat ?

Il n’y a pas de truc magique, de solution unique.

Au-delà de ce que nous avons déjà évoqué, il faut varier les supports et les moyens, aller vraiment chercher les candidats. Par exemple une vidéo des managers qui explique le métier, présente le lieu où le candidat va travailler, le soutien à la prise de poste. Les annonces sont utiles, mais les réseaux sociaux me semblent importants à condition d’avoir une présence régulière, de suivre, de repérer les profils qui pourront être intéressants un jour. Le bouche à oreille est aussi un moyen utile. Nos propres agents sont d’excellents recruteurs, car ce sont souvent eux qui parlent le mieux de la collectivité.

Enfin, pour certains postes précis, les cabinets de recrutement représentent un appui très efficace, à condition de savoir travailler avec eux : c’est-à-dire bien définir le poste et en présenter toutes les composantes.


Sondage: Les Français et les fonctionnaires territoriaux

Enquête Harris Interactive pour l’Association des DRH des Grandes Collectivités Territoriales


  • 63% des Français ont une bonne image générale des fonctionnaires, mais seulement 10% déclarent en avoir une « très bonne image

  • La fonction publique territoriale fait l’objet d’un jugement plus contrasté (61% de bonne image) que les deux autres fonctions publiques

  • Les fonctionnaires territoriaux : des personnes effectuant un « service utile » à la collectivité, mais pour une large part comme étant « trop nombreux ». Les salariés du secteur privé insistent davantage sur leur nombre (considéré comme « trop important »), et les « avantages » dont ils bénéficieraient, certains d’entre eux mettant en doute la qualité de leur travail et leur « efficacité ».

  • Qualificatifs que l’on peut attribuer ou non aux fonctionnaires territoriaux, les Français mettent premièrement en avant le fait que ces fonctionnaires effectuent un travail utile à la collectivité (75%) et sont plutôt compétents (58%), mais plus partagés sur leur capacité à répondre aux besoins des usagers (54%), l’intérêt de leur travail (54%), leur caractère responsable (53%) ou encore leur implication (49%). Par ailleurs, 6 Français sur 10 les estiment en revanche « privilégiés

  • Invités à se projeter eux-mêmes dans la situation d’un fonctionnaire territorial, près de 6 Français sur 10 (58%) estiment que ce serait une bonne chose pour eux de travailler dans la fonction publique territoriale.

  • Un peu plus de 6 Français sur 10 (62%) estiment par ailleurs que ce serait une bonne chose si leur(s) enfant(s) travaillaient dans la fonction publique territoriale.