Les événements, une force pour les territoires


L’Union Française des Métiers de l’Evénement (UNIMEV) a eu l’excellente idée d’organiser lors du Salon des Maires de France une table ronde sur ces grands événements - salons, congrès, foires, festivals … – qui contribuent si activement au développement économique des territoires et à leur attractivité. L’occasion de faire le point sur les conséquences de la crise Covid pour la filière événementielle, de souligner les dynamiques de solidarité et d’innovation qui sont à l’œuvre, et de mettre en exergue des initiatives originales en matière événementielle.


Au nombre des intervenants de ce plateau richement pourvu en élus et acteurs locaux figurait notre rédacteur en chef Olivier de Brabois. Il est revenu sur le Printemps proustien Marcel Proust créé en 2019 à Illiers-Combray à l’initiative du président du Conseil départemental d’Eure-et-Loir et en synergie avec la mairie de cette commune rendue célèbre par l’auteur de la Recherche du temps perdu. Un Printemps culturel qui a impliqué de façon novatrice les habitants dans une manifestation d’ampleur nationale à la fois élitiste et populaire.


La Maire d’Avignon, Cécile Helle, est bien placée pour savoir l’importance d’une grande référence événementielle dans la réputation et la prospérité d’un territoire. Frappé de plein fouet par le Covid, le festival d’Avignon a su s’adapter après une année blanche. Avec un virage toujours plus qualitatif dans l’offre de spectacles.


Il existe dans le domaine des grands événements une indéniable excellence française reconnue bien au-delà de nos frontières. Le Maire de La Baule, Franck Louvrier, a insisté avec éloquence sur ces savoir-faire tricolores, essentiels pour la promotion des atouts de nos territoires dans la rude concurrence mondiale en matière d’événements. L’avenir du tourisme d’affaires passe par un virage toujours plus qualitatif et une spécialisation des territoires.


Carine Fouquier, directrice du C.I.D. de Deauville et co-organisatrice du Festival du film américain, a évoqué cet événement de référence, l’un des rares à avoir eu lieu en 2020 … tout en accueillant alors une partie du festival de Cannes, annulé sur la Croisette.


Rencontres, rapprochements inédits entre professionnels d’un secteur, partenariats renforcés, réaffirmation de la personnalité d’un territoire à travers son offre événementielle : autant de clés pour le futur des événements.


Valérie Le Roy, directrice du Salon de l’Agriculture, a souligné la pertinence avec laquelle le monde agricole a réussi à capitaliser sur la marque de ce Salon pour imaginer un événement alternatif en 2021, la « Semaine de l’agriculture française », en labellisant partout en France des moments et des rencontres entre des publics et des agriculteurs privés de cette rencontre annuelle.


L’art de la rencontre, le goût des échanges et l’accès de tous à la culture ont été les moteurs du Festival du Regard, un événement photographique de renom lancé il y a près d’une décennie en Ile-de-France par Eric Vialatel, créateur des résidences intergénérationnelles « Les Maisons de Marianne », levier d’une offre culturelle de proximité.


Quant à la ville d’Angers, elle mise plus que jamais sur des événements durables, innovants, de pleine nature, à l’instar du festival de vélo gravel « Nature is bike », comme l’a exposé Mathilde Favre d’Anne, adjointe au maire en charge du tourisme et présidente de Destination Angers. Un exemple d’adhésion des populations locales à une nouvelle compétition sportive à vocation nationale voire internationale.


Merci et bravo à Unimev et à ses co-présidents Renaud Hamaide et Pierre-Louis Roucaries, qui ont brillamment ouvert et conclu ces échanges en dessinant les voies de l’avenir d’une filière hautement créative et indispensable aux grands équilibres et au développement de nos territoires.


C’est grâce à ces différents types d’événements que les PME françaises démontrent leurs talents, que les savoirs et les connaissances se diffusent et que les acteurs du tourisme continuent d’accueillir tout au long de l’année publics et participants de qualité.