Les choix littéraires de Simon Houdebert


Simon Houdebert

La Tragédie du Pouvoir, par Edouard BALLADUR

La Tragédie du Pouvoir, par Edouard BALLADUR

Édouard Balladur a été Premier Ministre de 1993 jusqu’en 1995. Mais avant cela, sous la Présidence de Georges Pompidou, il a notamment été Secrétaire général adjoint


de la Présidence de la République de 1969 à 1973, puis Secrétaire général de 1973 jusqu’au décès du Président.

On dit souvent que la santé des Chefs d’Etat est un sujet tabou. Tel est l’objet de la Tragédie du pouvoir.

Dans cet ouvrage, Édouard Balladur raconte le combat contre la maladie du Président Georges Pompidou qui a continué jusqu’à son dernier souffle d’exercer la charge de chef de l’État.

Son plus proche collaborateur raconte le quotidien qui fut le sien dans cette période, aux côtés d’un Président malade mais sujet dont on ne parlerait pas, ou très peu alors. On retiendra l’émotion d’Edouard Balladur quand il évoque le déplacement du Président à Reykjavik, en juin 1973, où de nombreux Français ont constaté que le président est bouffi, essoufflé.

Edouard Balladur s’attache dans cette période à assurer le bon fonctionnement de la Présidence de la République sans outre-passer les fonctions qui sont les siennes. Cet ouvrage est également un bel hommage à un homme qu'Edouard Balladur a servi à de multiples reprises.


Charles Péguy ou les vertiges de l'écriture, par Jean-Pierre SUEUR

Charles Péguy ou les vertiges de l'écriture, par Jean-Pierre SUEUR

Jean-Pierre Sueur, questeur du Sénat, ancien secrétaire d’Etat et maire d’Orléans, entretient vis-à-vis de Charles Péguy, une dévotion fidèle, que les années n’ont fait que renforcer. C’est cette connaissance intime de l’œuvre qui a amené l’élu loirétain, ancien élève de l’école Normale supérieure, à écrire un nouvel ouvrage sur Charles Péguy. Souvent perçu comme un auteur difficile, un poète illisible, un polémiste d’avantage qu’un auteur de littérature, Charles Péguy fait figure de mal aimé de la République des Lettres. Cette réputation, Charles Péguy la doit en partie aux haines que sa plume acerbe a faites naître, mais aussi à l’exigence de sa pensée, dont la profondeur et la cohérence n’ont jamais été véritablement compris ni assez défendues. Face à ces raccourcis et ces caricatures, Jean-Pierre Sueur revient notamment sur la matière poétique de l’œuvre de Péguy, pour en tirer la substantifique moelle, et nous éclairer sur les ressorts de sa technique littéraire. De Jeanne à Eve, du socialisme mystique au catholicisme rebelle, Péguy a pétri une matière dense, charnelle, toute faite de souffrances et de grâce. A la fois érudit et accessible au grand public, cet ouvrage est une porte d’entrée passionnante dans l’univers d’un auteur qu’il est urgent de lire. En revenant ainsi à l’œuvre, rien qu’à l’œuvre, Jean-Pierre Sueur en révèle l’édifiante modernité et l’originalité demeurée intacte. Lire Péguy, et notamment sa poésie, c’est éclairer notre présent. N’est-ce pas là le don des muses et le génie des grands auteurs ?


L’envers du décor, par Jean-Pierre JOUYET

L’envers du décor, par Jean-Pierre JOUYET

Jean-Pierre Jouyet a été secrétaire général de la Présidence de la République sous François Hollande de 2014 à 2017.

Dans cet ouvrage, il raconte le quotidien de secrétaire général de la Présidence aux côtés de François Hollande.

Le lecteur pourra ainsi être au coeur de l’Elysée et aux premières loges pour mesurer le fonctionnement de l’Etat et de ses rouages.

Jean-Pierre Jouyet, raconte également, dans cet ouvrage, ses différents rapports aux acteurs politiques du quinquennat Hollande. Ministres, journalistes, responsables des partis, grands patrons, nombreux sont ceux que Jean-Pierre Jouyet a côtoyé. Ce dernier revient aussi sur celui qui a été son adjoint à la Présidence de la République, puis Ministre de l’Economie : un certain Emmanuel Macron…


La Chine en aux profondes, par Sylvie BERMANN

La Chine en aux profondes, par Sylvie BERMANN

Aucun pays, comme la Chine, n'a changé en si peu de temps. L'empire du Milieu est arrivé aujourd'hui au pic de sa puissance et de ses contradictions : bientôt première économie du monde et en même temps économie socialiste de marché, pays influent et pourtant encore dénué d'un vrai soft power. Au contraire de Deng Xiaoping qui recommandait de s'appuyer sur les pierres du gué pour traverser la rivière du changement, le président Xi Jinping a déclaré que la Chine était entrée en eaux profondes.

Mais le rêve chinois sera-t-il le cauchemar des Occidentaux ? A quel prix cette conquête se fait-elle ? Et ce Dragon est-il pacifique ou belliqueux ?

Sylvie Bermann a connu de l'intérieur mieux que personne cet immense bouleversement, la fin de la Révolution culturelle comme étudiante sortie de Sciences Politiques (1976-1977), les débuts de la politique de réforme sous Deng Xiaoping (1980-1982), et le retour au pouvoir fort avec Xi Jinping, en tant qu'ambassadeur de France (2011-2014).

Elle aura vécu dans deux Chine : l'archaïque et la moderne. Une des questions auxquelles ce livre passionnant répond est de savoir si cet essor est irréversible. Et comment nous devons agir quand la Chine change le monde.

Pie VII, par Jean-Marc TICCHI

Pie VII, par Jean-Marc TICCHI

Depuis la biographie publiée à la fin des années 1950 par Jean Leflon, aucun ouvrage scientifique n'a été consacré la vie de Pie VII, pape de 1800 à 1823. Tous nos contemporains le connaissent pourtant au moins de vue puisqu'il est figuré bénissant Napoléon 1er dans le fameux tableau de Jacques-Louis David, qui représente le monarque en train de couronner Joséphine, le 2 décembre 1804.

Moine bénédictin ouvert aux Lumières, évêque de Tivoli puis d'Imola, cardinal proche de Pie VI, Barnabé Chiaramonti dut faire face durant son épiscopat à l'invasion française en Italie de 1796-1797. Devenu pape, après avoir conclu le concordat de 1801, il tint tête à Napoléon pour préserver l'indépendance spirituelle de la papauté, ce qu'il paya d'un long exil à Savone puis à Fontainebleau (1809-1814).

Sa résistance à l'Empereur et les voyages qui lui firent traverser la France à plusieurs reprises lui valurent, après la chute de l'aigle impérial, une renommée immense et sans précédent en Europe. Cette biographie, en s'appuyant sur les nombreux travaux scientifiques des dernières décennies et sur des sources originales, renouvelle l'image de ce pape qui fut aussi celui de la première (1801-1809) et de la seconde Restauration romaine (1814-1830).

Pie VII présente en résumé une figure à la fois vigoureuse et modérée dont les décisions, en ce qui concerne les rapports du Saint-Siège avec les puissances civiles et séculières de l'Europe, ont joué un rôle déterminant dans l'histoire du XIXe siècle.